Archives du blog

14 février 2018

Le hasard et le destin des élus entre les urnes et le Makhzen



Le hasard et le destin des élus entre les urnes et le Makhzen


C’est curieux comment des gens comme Lachgar , Benkirane , Chabat , voire Ilyas El Omari , ont rempli les pages du Net et les réactions électriques des journaux. La vie politique en somme, s’en est réveillée et s’est peut-être libérée et enrichie avec eux !

Tous semblent avoir été les victimes du Hirak et de ce maudit espadon pour lequel s’est tué Fikri, à Al Huceima. Y ajouter ce que réserve la Justice aux Zefzafi et consorts. Et puis, la grâce de SM que je souhaite, est de dépasser les erreurs des manifestants et de laisser faire toute sa Miséricorde, pour le bien de notre Pays. Car pardonner et excuser, c’est aussi convaincre et éduquer.

La sanction punitive ne laisse qu’amertume et colères sans convaincre les coupables de leurs erreurs. Surtout, lorsque les causes de leurs soulèvements ont été reconnues justes et que l’on procède à leurs traitements de façon immédiate et assidue.

Un cadre, populaire, qui parle avec bagou a foison, excité ou populiste, là, tout près des gens, ça fait foule et ça semble déranger le silence travailleur et muet des grand chefs du Makhzen. Au point de faire de ce mot, makhzen, ce trésor public devenu autorité, un terme proscrit. Dommage pour la susceptibilité, mais le fait en est là. Et de ce Makhzen on fait un épouvantail, une terreur intimidante, une phobie, sinon un spectre virtuel à en nier l'existence.

Un mot, proscrit donc, qu’on balbutie par courage et qui mène à la potence politique s’il est mal prononcé ou incompris ! Sinon de facto au rejet de ses détracteurs, bavards ou simples usagers. Que penser de la dérive installée et de cette frousse qu'on attribue à cette administration, hermétique mais si présente ?

Dommage encore, que ça fasse honte aux pontes de prononcer le mot ‘’makhzen’’ ou d’en parler comme un tahakkoum*, cette autorité qui fait acte de ses charges ! Parce que nos libertés, avec égards aux souverains, ont réellement progressé et bien évolué ! Lisez la nouvelle Constitution, cette ère de pusillanimité est bien révolue ! Dès lors, appeler les choses de leur nom, est-ce un interdit ou une effraction impolie ?

Pourtant, en complément de l’Exécutif et du Judiciaire, voire du Législatif et à côté des urnes, il y a cet autre Pouvoir, séculaire, identitaire, unioniste, culturel et civilisationnel. Si caractéristique des vieilles nations pacifiques, un acquis et des us historiques, que l’on retrouve en Europe encore, et dans bien des pays très avancés, a fortiori.

Le Palais existe et ses nobles et proches Conseillers de même, sans restriction ni honte pour leurs droits et la bonne gouvernance, réservée mais très agissante autour du Roi.

Laissez donc messieurs du Haut et des médias, ces '' bavards'' populaires enrichir et chauffer la galerie ! Nous et cette atmosphère de libertés qui les sème et les fait mûrir et gerber ! C’eût été plus producteur, à mon sens, comme thermomètre de bonne santé et d’activité, que de laisser les aèdes fredonner pour exprimer leurs sons et leurs libertés. Un état, un fait, témoin expressif et bien séant de notre réelle bonne évolution politique, de son ouverture palpitante vers autrui, de sa fédération de toutes les factions, de toutes les énergies, dont celles du Palais et des Partis politiques.

Il faudrait concevoir, sans manigances ni machiavélisme, une fédération complémentaire des Partis et des énergies, car les valeurs partagées par tous, sont pratiquement univoques. Tenter de réaliser une fusion, sans orgueils ni outrecuidance, sans ingérences de personne pour brimer les partis et/ou les administrations assujetties. Et que seules l’utilité publique, la solidité du pays et son unité, doivent guider les factions, par delà la volonté de puissance et les intérêts ! Un vœu pieux ?

Et c'eût été plus que propice et nécessaire dès l’incident du Hirak de s’atteler, tous, à réparer les dols et à calmer les esprits ! Sans tremblement faire ni choc causer et autres tsunamis à l’intérieur des Partis ! Et cette lenteur, ces critiques, cette déliquescence, survint quand SM était fort occupé dans sa mission quasi messianique de paix en l’Afrique retrouvée !

Enfin, c’est une expérience à dépasser pour cesser de régurgiter les regrets et de jeter aux orties ces tribuns et ces trublions ! Outre le travail attendu, ces pimpants ténors aux tonitruantes sorties, sont signes de démocratie et de vie ! Regardez en France, ils ne sont pas timides, les gars ! Et de tout le temps.

Ce enfin de permettre à ces grands hâbleurs, à l’image de Benkirane and co, à ces autres orateurs, mais aussi aux travailleurs consciencieux et discrets du Makhzen, de rester zen et courtois et d’accompagner tous, tous et sans susceptibilités ni arrogances, SM le Roi.

Le Roi, dans le combat pour le Sahara, pour le respect, pour l'ouverture du pays à toutes les nations amies, dans le cadre de son unité et de ses frontières antécoloniales, pour le respect des nations africaines et celui si crucial et si existentiel de nos identités musulmanes, je n'ai pas dit islamistes, telles que brimées, dans d'étonnantes manigances ou d’attardés déclarations et discours.


Merci pour la suite donnée à ce message dédié à tous.




10 février 2018

THE VOICE 2018 Mennel chante Hallelujah de Léonard Cohen version longue



http://new.blogger.com/blog.pyra?blogID=6149418

THE VOICE 2018 Mennel chante Hallelujah de Léonard Cohen version longue



http://new.blogger.com/blog.pyra?blogID=6149418

8 février 2018

SUITE AUX PROPOS DE TEL-QUEL SUR LEURS DITS ‘’MÉDECINS ET ARNAQUEURS’’

       DOCTEUR IDRISSI MY AHMED
  Expert Assermenté près la Cour d'Appel de Rabat
               112, avenue Mohamed Diouri
                   Telfax : 05 37 37 63 30  Kénitra






Bonjour et bonne lecture

SUITE AUX PROPOS DE TEL-QUEL 
SUR LEURS DITS ‘’MEDECINS et ARNAQUEURS’’

PROPOS SUR LES TOUBIBS

Propos indécents, propos disproportionnés sur les médecins du Maroc. Un numéro peu ordinaire, un réquisitoire spécial, pour 20 dirhams*, seulement ! Voici les frasques des escrocs, enfin dénoncées, par les justiciers de service ! Des icônes trumpées* dans la m…de à l’africaine. Un avatar de l’étiquette présidentielle et‘’shithoole’’ du Sieur Donald, et plus caustique encore, sur Tel-Quel.
Voici la curée initiatique et la rédemption. Les partenaires sociaux sont traînés dans la boue ramadanienne* et stipendies sans avoir violé, harcelé ni parjuré !
Un wreck-end* de lecture vous est offert, afin d’arnaquer les lecteurs et de les intoxiquer. Pour ne pas dire plus du L’Couple de scribouillards auxquels on doit ce burlesque charivari. Leur but est-il d’enterrer la profession médicale, dans la honte sociale et la vindicte populiste ? D’en ternir l’image, à l’instar d’autres secteurs sociaux, stigmatisés et longuement conspués ? Pour les détruire enfin et s’en venger ? Ou pour les en corriger ? Ce que nous estimons positif et sincère. S’il avait été correctement entrepris, sans buzz ni parjures à l’endroit de ceux qu’on a si violemment ternis !
Mais les pourfendeurs ont-ils toujours raison ? Quand leur métier, ô Quatrième Pouvoir, ne consiste plus qu’à s’épandre dans le sensationnel, pour vendre la haine à la semaine, outre le dépit et l’amertume de tous les jours ! Ou à verser dans un sens et pas dans l’autre ni à l’endroit, afin de faire justice ?
Voici un numéro détourné, hors élections, puisqu’on a enfin un gouvernement plus que complet. Voici un numéro sadique, pervers, machiste, une jouissance illicite, contré gré, une érection partiale qui ne donne pas l’opportunité aux concernés de s’exprimer ni de donner leurs avis ! Et l’on y voit, dans ce procès inique que les frasques et les abus des césariennes ! Pour plus de facilités, de stupre et de luxures, des gynécos, selon les scripteurs moralistes, sont à pendre les premiers !
Et viendra le tour du TPA et des cliniques acolytes ! Côté médecins, si les premiers ont des dons pour lesquels ils reçoivent des bribes, ou extorquent, disent-ils de larges honoraires, les autres ont dépassé le salaire de la peur et les bornes de leur 4ème pouvoir. Et voilà ce qu’écrivent nos fébréristes du 2 au 8 ème jour de ce Février pluvieux. Ce qu’ils osent avancer à outrances, en montrant leurs dents pour leur numéro !
Des canines de carnassiers et de fauves, face aux cannibales d’Hippocrate ? C’est justice équitable, diriez-vous ! Sans peur et sans reproches, les cavaliers ont aiguisé leurs lames de cimeterres pour dégauchir les fossiles du caducée…Après s’être exercés et rodés dans leur média taquin à décrasser les gros crocodiles de nos ères primaires politiques !

DU SENSATIONNEL A LA QUETE DE VERITE !

A tous les médecins, civiques humanistes, humanitaires et non arnaqueurs... A tous les journalistes et assureurs, libres de leurs consciences citoyennes, de leurs mots justes ou de leurs plumes acerbes et amères. A ceux, qui sont libres de toutes influences ou pressions financières, émanant de leurs intimes détracteurs. Ces magnats aussi riches que puissants, si bons ministres ou grands capitalistes. Ceux des grands cadors qui les poussent à si bien faire ! Ceux qui les chargent, sans entraves, de médire.
Ceux qui les motivent, afin de lutter avec conscience ou par intérêt matériel à moraliser les us qui sont travers ! Ceux qui les poussent à dénoncer les excès injustes qui gênent leurs clinquantes et nouvelles infrastructures ! Ceux qui les motivent et les poussent à étayer avec courage ou partialité, ces pratiques douteuses, devenues si banales ! Et pire encore, ces déviances que l’on tait, faute de courage pour les corriger, dans tous les Secteurs de Santé, hélas oui, sans les curer, les avouer ni les exposer !
Achetez le Tel-quel 797 de Février 2018 ! Pour vous informer et lire entre les lignes les motivations de ce réveil civique, quoique tardif de Tel-Quel. Pour deviner les origines de cette mortification brutale et soudaine des médecins par ce magazine. Lequel, faute de dossiers politiques brûlants, sous la main ou dans le caniveau, verse dans la fange médicale.
Mais qui le dope, cet ineffable et aguichant Hebdo, pour parler d’un illustre Bouchakara, ce dès les premières lignes de son dossier si crâneur ? Et ce avec tant de largesses et de colonnes, qu’il en vient à casser les gynécos césariseurs ! Un travail outrageant, sans preuves donner ni détails sur les noms des dits-arnaqueurs ! Synonyme d’une insulte généralisée, d’une vivisection d’un métier social, des moins pathologiques qui soient. Avec comme résultat celui de jeter ses membres en pâture aux hyènes et aux loups, afin de ternir à jamais cette profession et ce métier !
Seulement, messieurs, dames du Journal, dites-nous dès lors, qui pousse, les médecins à exagérer et à sortir de leur éthique supposée obligatoire et bien acquise ?
Où sont leurs profs et leurs supposés directeurs de conscience ? Absents ? Quid du TPA ? Forcené Temps Plein Permanent…N’est-ce pas ! Où sont les responsables de ce Secteur sanitaire qui doivent le surveiller, l’honorer et le règlementer ?
Où est cette ANAM ? Où est donc sa révision promise dès les premiers barèmes et tarifs ? Et ce, depuis le départ ! Où sont leurs Conseils ordinaux et leurs Syndicats médicaux, pour réagir face à Tel-Quel ou tels autres ? Des détracteurs qui exagèrent, salissant la profession, détruisant la confiance des patients envers leurs médecins, sans alternative offrir pour ce secteur orphelin !
Le déshonneur et la vilénie, un caillassage qui jette l’opprobre et l’ignominie, sur la classe médicale entière ! Là devant les ministres absents, qui se défaussent ou qui traitent, ces mêmes toubibs d’agitateurs, sans ménagement aucun ni respect de leurs manifestations sereines ou de leurs blouses blanches éclaboussées.

PROSELYTISME

Où sont leurs avocats, ceux-là qui doivent répondre aux attaques, défendre la noblesse de la profession et pourfendre ces sinistres gageüres ?
Qui reconnaîtra le bon grain de l’ivraie ? Qui relèvera les dols face aux arnaques et à la généralisation de ces terribles injures ?
Qui des Parlements, vides, analphabètes ou somnolents, qui du Secrétariat Général du Gouvernement, qui du Ministère de la Santé ou de la Justice saura corriger, à juste titre, ces erreurs commises de part et d’autres? Et de le faire avec tact et justesses, continuité et mesure, aux fins de respect du droit et de la justice, de la bonne gouvernance et de la pédagogie.
Qui ira défendre les praticiens, au lieu de leur voler leur pain, après avoir vendu aux non-médecins, leur médecine et leur sacerdoce? Pourquoi les Bouchokara n’ont-ils pas envahi de leur pèze, les pharmacies, les cabinets d’architectes et ceux des avocats ? Mais, par contre et électriquement seulement, les cliniques des médecins libéraux !
Qui défendra les pauvres cabinards, sans couverture médicale ni retraite ? Ces riches libéraux chèrement outillés, ces parvenus aux grands noms, qui viennent d’envahir le secteur réservé aux médecins marocains dans le secteur privé ?
Qui donc ? Ces cadres du service public, qui s’occupent de les régir, de les juger ou de les laisser couvrir d’opprobre par les journaleux ?
Qui ira avec conscience et de plein droit, protéger les malades d’abord, les étudiants ensuite, et disons vrai, les praticiens, dont les miséreux d’entre-eux ? Ceux-là des grosses boîtes ? Ou ceux-là de parmi les spécialistes que l’on critique de façon vendable, mais coupable et si acerbe, aussi sincère serait-elle !

PROPOSITION ET ESPERANCES

Il s’agit d’offrir une tribune à ces proscrits ! Démocratiquement, puisque vous aimez ce mot, par équité, afin de leur permettre de plaider leur cause, contre cette vendetta qu’on leur intente et ce champ de tir où l’on veut les incriminer.
Vivement un autre numéro de printemps de Tel-quel, pour y laisser parler les médecins et leur permettre d’étayer leurs problèmes et leurs idées. Une occasion plus franche et plus courtoise, plus directe, afin de combler les lacunes des journalistes et de les informer, clairement, face aux supputations, aux exagérations infâmes, aux non-dits, afin de nettoyer le secteur, pour l’exemple, desdits escrocs et arnaqueurs.
C’est un devoir moral et d’équité que celui d’effacer l’injustice et les bas propos. Ces préjugés et ces incompréhensions qui voudraient ranger les toubibs parmi les gangsters et pousser l’Etat et le Peuple à la chasse aux sorcières. Ces scélérats faits ‘’médecins et arnaqueurs’’ que pourfend Tel-Quel dans son numéro !
L’idéal et la correction seraient de dénoncer, cas par cas, les excès et les arnaques subies, devant l’Ordre des médecins et la police ! Afin de faire un travail utile, une œuvre publique de nettoyage et de civisme.
Le corolaire de cette police des mœurs, de ce brûlot est le réveil des médecins les moins bien honorés pour leur actes est d’adapter les prix et les barèmes médicaux. De les réviser et les coller aux réalités du pays en les comparant à ce qui se fait ailleurs, pour des actes similaires. De dépasser et de renforcer les acquis du Ramed pour les cas simples et compliqués. Et de concevoir une santé gratuite à l’endroit de tous les démunis.
 Dr Idrissi My Ahmed, Kénitra, le 4 Février 2018

ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC
CENTRE DE REFERENCE REGIONAL DES MALADIES NEUROMUSCULAIRES
112, avenue Mohamed Diouri, Kénitra, Tel 0537376330,
Assistance: 0661252005, aamm25@gmail.com         http://myasthenie.forumactif.com/forum

25 janvier 2018

 LES TYRANS MÉDISANTS N'ONT PEUR 
NI DES TRIBUNS NI DES RHÉTEURS
TRUMPOLOGIE
« Pays de merde !»: Macron condamne les propos de Trump ! Il est aussi magnifique que cette sublime et dorée perle, cet extrait rare et solide qu’est l’indicible, l’inénarrable, l’inattendu Président ! Chut, pas de médisance ! Sinon on te poursuivra pour incident diplomatique et usage de gros mots.  
Voici en revanche, des louanges adressées à ce merveilleux et fantasque président. Il en faut, même en retard, pour comprendre et répondre à ces contes et légendes, faits d’horribles frictions et de joutes verbeuses !  
Je disais que l’inconnu du haut qui blasphème et se trompe est tel comme ce pénible et étonnant président du nouveau monde !
Tout comme, cet autre évangéliste ! Le président est petit-fils ou arrière cousin de ceux qui ont fait le nettoyage ethnique des indiens d’Amérique ! Il est toujours bel homme à son âge, et plus étincelant encore, en beau, blanc et blond ! Autant que cela ? Tu lui enduis de la pommade avant de le badigeonner d’orties ! 
Respecte ses cheveux blancs. Il est incontournable, il est puissant. On ne va pas le laisser sympathiser en réaction avec nos adversaires et avarier notre dossier du Sahara ! Il faut le ménager, même s’il a péché ! Il peut redevenir de nos amis ! 
Son allure et son style viennent de son amour insatiable pour la beauté. Hélas, les renvois qui lui sortent de ses orgueilleux naseaux, occupent une place de choix dans ses hémisphères fienteux. Un encéphale plein de centres fécaux proéminents et hypertrophiés!
Il a donc un cerveau ! Oui, puisque cet organe qu’on trouve chez les serpents et les scorpions, comme chez les ours et les rhino-féroces* porte aussi ce nom de ‘’cerveau’’. En parlant de nos pays et continents, SM, l’horrible empereur, a aimé dire ou osé dire que ce sont des pays de merde !


’’SHITTY COUNTRY’’
Sauf votre respect, lecteurs ! Mais c’est lui, l’homme le plus important du monde civilisé et l’un des plus riches qui l’a prononcé ! La chose qui dérange SM s’appelle ‘’merde’’ même si elle comporte deux continents et compte 4 milliards d’habitants ! 
Nos gens seraient pour ce magnat de l’orgueil et du stercor, que du fumier, du caca, des déchets puants, dans leur ‘’shitty country’’ ! Des miasmes que son dictionnaire scatologique, si bien policé, permet de traiter de la sorte ! Ne soyez ni inquiets ni jaloux, ce ne sont que 50 pays qui sont minorés et traités de la sorte. Leurs peuples avec. Vous et moi, les blancs becs, les mulâtres aux 50 nuances de gris, et les plus sombres de peau ! Qui a ses yeux valent moins que rien, Mais qui  ne peuvent justifier ce buzz incendiaire qui hoaxe* le Whatsapps !
Le fumier politico excrémentiel, les ordures de quartier, manquent à l’évidence de diplomatie. Et il en faut du tonus, de l’éducation, de la trempe dans la bouche du président Trump, pour s’exonérer de s’exprimer ainsi ! Un délit de langue que l’on peut oublier. Une erreur qui pété trop vite du respectable cucu et que ses langes n’ont pu retenir ! 
Tous ces mots ont fusé à l’endroit de ceux qui n’ont pas admis la partialité de l’Amérique en son nom interfère ce dossier colonial entre guerre et paix, entre Palestiniens et Israéliens et le transfert préjudiciable à la paix de l’ambassade américaine à Jérusalem…Pourquoi pas à l’intérieur de la mosquée Al Qods ou carrément à la Mecque ?
Pourquoi pas, surtout, question d’être juste et diplomate de paix, une ambassade américaine aussi, dans la capitale de l’Etat de Palestine ! Dans les lopins restants de leur territoire, un gruyère rongé par les colonies de toutes parts, qui ne cessent de se multiplier et de s’étendre, en empoisonnant toute tentative ultérieure de sécurité et de paix ! Amen aux rêves de droits des peuples et de justice, M Trump ! Vous, dont la famille est alliée et engagée ! 
Qui plus est, pourquoi ne pas dire d’office et franchement, que l’état d’Israël est une partie de l’Etat américain ? Un membre de la Fédération des States ? Une étoile à six branches, de plus, parmi la cinquantaine de leur bannière étoilée, à cinq bras seulement !
AMITIE ET NEANT
A Crésus, Thanatos et Trump ! L’amitié est un altruisme rentable et utile. Une de ses formes, la confraternité est la pire des hypocrisies. Cependant, celle-ci a le courage d’indiquer dans son préfixe d’entête la connerie de ladite fraternité ! Une coopérative d’indépendants, liés en concurrents acerbes, coalisés en apparence dans une ligue, et forcés à obéir de près ou de loin à une éthique vaine, dans une cohorte loin d’être protectrice ou syndicale ! 
En Fait, un groupe d’indépendants, forts d’égotisme et de concurrences indéniables, limés par les sabotages perfides et lâches mixés de critiques hautaines, acerbes ou sournoises, provenant d’autres secteurs. La fidélité ingrate coopère contre-gré dans la constance des contraintes et des craintes, celles de perdre le client, la renommée et la rente. 
Cupidon, c’est ton estomac insatiable de crétin, devenu inintelligent, ton ventre qui te cause des misères. Tu es Crésus et cupide à la fois. Ta ferveur de pseudo messager, à avaler toute ce que tu touches pour devenir Crésus, transforme tout ce qu’il touche en or, ta nourriture et tes ordures, jusqu’à pourrir bloqué ! 
Les anciens sont partis, qui morts, qui dans le déni des oublis ou des tristes infamies. Qui fatigués, attendent devant le mur de trouver un trou percé par où se jeter. Lui, son parchemin et ses vœux, dans un talisman, un code manuscrit pour aller dans l’Au-delà, en forçant l’espace-temps et le sien de destin et ses vœux. 
Qui face au mur des puissants qui l’isolent et le renient, qui le tirent et le tue ? Qui, de multiples maladies traîne dans les boues et les boissons sales, rebelle face au destin criant qui le harcèle ? Qui, debout dans la boue, se la boit encore ? Qui, aux fêtes, ô charité, oublie les confrères trahis par le festin ? Qui, à la porte de l’Alzheimer, est déjà bien faisandé ? Un saut final pour un as devenu, du jour au lendemain, un sot ! Un insecte de moins qui laisse des milliards d’autres en suspens, troublés par un drame, dans l’attente de leur fin. Un de plus et un de moins, pour toujours oublié, et ne  restent que les os friables et nus d’un robot sans vie….








LES LEISHMANIOSES
Traces de moustiques écrasés sur des pages. Livre ouvert sur l’insomnie, sans rêves et les mauvais sommeils. Critiques et compositions verbales par-dessus la poubelle et les urinoirs d’un soir. Un don viscéral au plus gros des moustiques, de ses saillies verbeuses et de ses racistes entrailles. 
Du papier humecté de douceurs humides, de récipients châtiés et d’urinoirs de couleurs, des offrandes dans un calice d’argent sur un autel de cristal, à travers les mosaïques noires aux couleurs sans gloire. Un papier plein des relents de riches victuailles, rêche, âcre, fade et astringent, comme la paille et les lits de la racaille etdes barbares sans cœur ni âme.
Diogène accoudé sur l’échafaud, la guillotine comme accessoire, regarde en complice volontaire, la masse fécale de l’empereur, l’ingrat Donald, si prolixe en stertors, dans ses mouvements turbinatoires et stercoraux ! 
J’ai écrit ton poème, lyrique, verbeux comme un masque de macaque boutonneux, plein d’ellipses et d’épilepsies masturbatoires. Le grand mal, le Parkinson qui fait trembler la Terre le fait tourner devant ton âme ! Un livre mal fermé, que tu m’inspires, féru de critiques, ferré de vérités, sans espoir pour toi de les atteindre ou de les comprendre. La sagesse, la bonté, tu n’en a que faire !
J’ai écrit Votre poème, devais-je dire par respect, sur un papier d’hygiène, un rouleau que je déroule, comme un tapis rouge sous vos pieds, une bible ancienne sur ses saints rouleaux, en votre scatologique honneur ! 
IRRESPECT
J’ai écrit votre poème donc sur un manuscrit délitable dans les eaux. J’en use à l’envie et ce n’est que pour l’offrir à la mer, aux puits et à leurs profanes arcanes, afin qu’elles comprennent ce que tu ne peux guère entendre ! Hélas, j’aurais voulu voir en toi le père que j’ai perdu, un mécène, un oncle moins profane.
Seule la bobine du film, plaquée au mur, est capable de retenir les scories des gavials et des guépards. Les crocodiles et les fauves de vos aires, pires que celles de nos pays de merde, en méritent les honneurs ! Et pire encore, l’antidote de vos blasphèmes abominables et de vos matrices bucco-fécales.
Il est plus énervant que les moustiques et les leishmanioses. Il gâche votre destin qu’il dévie et qu’il salit et votre vie qui chute plus encore, quand les insectes se piquent seulement de votre sommeil seulement. Il, c’est Lui, c’est eux.Il est plus énervant que les malades dont il se plaint, alors qu’il est payé pour eux, quand il les quitte pour aller aux cliniques du privé faire des heures plus rentables pour son art ! 
Il est comme ce coq des voisins, Coco, qui vit ici. Là, c’est son paradis, terrestre et final, avant de voir sa photo sur le Net et de périr dans la cocotte ou la bouilloire du voisin qui l’a vu perdre des plumes et qui voudra l’égorger, ‘’halal’’, pour le sauver d’une mort inutile ! Une moustache, en qui de crête. Si Coco m’a adopté, juste pour mes mies de pains, je vais jusqu’à croquer des cacahuètes pour les lui donner en dessert. Je mâche les mots que je t’offre, Excellence, pour nourrir de bonté la bête qui est en toi. 
Lui, c’est un redoutable faussaire ! Masqué, de sa face hypocrite et doucereuse, il vous enlève votre bol de la bouche et ouvre en plus gueule ! Il est spécialiste de la compétence. Ce qui le rend acerbe et plus méchant encore. Ces gens, c’est lui ! Il est particulier, intelligent, certes, malin et dangereusement riche, mais abruti par son ostracisme. Il est l’emblème, le chevalier nouveau des racistes et des xénophobes de la planète impériale. 
Tous ont peur de ses actes surprises et de ses méfaits inattendus. De ses réactions démentielles ! S’ils ne sont pas ses amis, ils deviennent la cible de ses colères ou de ses ambitions de conquêtes ! Acheté par les lobbies, il ne cache pas sa nouvelle religion, mais en en grossit les ambitions, les infractions et les délires, endossant l’indécence et justifiant les crimes.
UN TRUMP, ÇA TROMPE FORT 
Facile de penser à un éléphant dans un magasin de porcelaine. L’Afrique ! Trump ça trompe comme un dessin animé trafiqué ! Car il est pour de vrai solide, 3D et vivant. Il a l’âge ses maladies infantiles. Il est vigoureux et impudent. Et la folie sienne, ne compte pour rien, puisqu’il est le plus fort des princes, des roiset des présidents. Il les soumet à ses désirs, impétueux, ceux un ado en mal de cadeaux. Il lesexploite pour ainsi dire et  les dirige à sa guise, et les mate en les mouillant. Comme les autres pontes, ils seront indirectement dominés par les zélotes d’Amérique, les cavaliers de l4apocalyse vue et corrigée par Sion. Il n’a pas échappé au port de la calotte, il en fait l’apologie. Il en est libre, pardi ! C’est un mur d’un roi saint, Sidna Soulimane, que même ceux d l’islam respectent.


LES DOCS ET LES TOUBABS 
Pendant que vous êtes en train de parfaire vos connaissances, ne zappez pas ce texte,bonnescollations et autres copulations avec le savoir.
Ils vivaient de la charité et s’embourbaient dans les frasques des dons, des impôts, des labos et des dettes. Je n’irais en Amérique nidans l’Au-delà, que lorsqu’il sera démis de sa fonction ou qu’il disparaîtra ! 
Cet immonde désir de répondre au scatologique de l’illustre personnage, me torture ! Et me crampe les viscères éclaboussant de ses maux mon sommeil fragile. Si la lâcheté entre gens politiques n’est pas un mythe ou un refrain, celle entre confrères n’est pas un conte de Noël, non plus. Il me rappelle le must ''Gentil Ami'', ce docte et trivial savant. Il est d’Afrique aussi et ce Trump peut le traiter de tous les excrétas ! Sa bonhomie crue le fait aimer par ses clients et collègues de son patelin du sud entre frontières, montagnes et oasis ! 
Mais, il aura si bien trahicelui qu’il appelait ‘’Cousin’’ qu’il est devenu faux et pathétique. Vengeance sur les frustrations…Confraternellement, blasé, je vide ma place et le laisse faire ses études, le travail de sa pompeuse formation postuniversitaire. Celle d’ici-bas et de là-bas ! Je vous délaisse à vos dons ! Parce que le vide est réversible et que les criminels et les lâches disparaitront ou qu’ils finiront par payer pour leur préjudices. Je ne vais pas encore leur lancer de mes justes malédictions. 


TRUMP ET CHIMIE VISCERALE
Redites élégiaques et refrains. Ô Crésus, ô  Chronos, ô Princes des ténèbres, qu’a-t ‘onfait pour que l’un des vôtres devienne le plus important, sur cette terre, l’un de nos Présidents ? Le bouton rouge est sous sons doigt ! Un sceptre, un spectre. Tant que vous y êtes,  apprenez à le faire sur ordonnance et aimez ce métier et apprenez votre sujet. Le leader Nord-Coréen, Kim Jong-un, vient d'affirmer que le bouton nucléaire est sur son bureau en permanence.  Informez-le que moi aussi j'ai un bouton nucléaire, mais il est beaucoup plus gros et plus puissant que le sien, et il fonctionne. Dixit le pimpant et érectile Président Trump. 
La thérapie est amour, mais la thérapie est aussi l’amour. Apprenez donc à ces métèques sordides, à ces merdes dont vous vous plaignez, ce que vous avez au ventre et au cœur, en plus de vos propres et richissimes matières. Celles que vous dorlotez en votre bel intérieur et que sublimez avant de les expulser, telles vomissures pour honorer la postérité, des dons vos entrailles chéries ! De l’or, car tout ce que vous touchez devient de l’or ! 
Ce que vous appelez merde, ou pays de merde, ne valent pas vos expressions intimes ni vos seigneuriales approches. Et la possession démoniaque de vos sujets vous vient d’un maître en la matière.Car votre patron dans ses urnes d’églises et son tronc usuraire, au pays de Jésus, aété élu pour vous troubler vous et vos sujets et vous réveiller ô peuples gris et noirs ! Si vous appelez à bannir la merde età la haïr, ce n’est pas fairel’amour, c’est ô hypocrisie un des ferments, des éléments de ce monde basique. Un extrait, une offrande des chairs précieuses et internent qui travaillent pour vus faire vivre dans l’intime discrétion. 


PARADIS AMÉRICAIN
Il est plus que la légende, plus riche que Crésus, et mieux servi qu’au paradis, entouré qu’il est d’un harem d’éphèbes, de femmes stériles et de subalternes ! Et autant de riches seigneurs, des mécènes et des bénéficiaires, des laudateurs, de puissants présidents et de grands décideurs. Il a le monde entier dans la paume de la main, ‘’ He has the whole world in his hand’’, le Pouvoir, pour ainsi dire d’agir sur milliards d’êtres et d’altérer leurs destins, faute de les aider à mieux le faire. 
Il est au Paradis déjà ! L‘Amérique, la Maison blanche ! Celui qu’il s’est fabriqué, mais jusqu’à quand encore ? Car l’homme, disons des banalités, quel que soit son statut, n’échappe ni au déclin ni à la mort. Il disparaît dans le néant, si ce n’est dans l’oubli et pour toujours. S’il reste, il est telle une tâche scatologique dans nos vies, comme ces malfrats, dans notre mémoire pour les meilleurs, dans l’histoire pour leurs grandes actions et rarement dans nos cultures. Ses immeubles et ses affaires sont des preuves immuables dans son pays de géants. 
Il est immense ! De ce fait, il ne sert à rien de l’injurier pour ses mots, ni de lancer des imprécations sur son caractère, ses confabulations ou ses brusqueries burlesques. Comme il ne sert à rien, non plus, de le conspuer pour ses méfaits fantasques et périlleux! Car il est entouré d’influents hypocrites et d’homme sages ! Des fourbes et des abjects, ne doivent pas manquer ! Ce sont eux qui ont la main dessus ! Il le sait, mais il n’est pas toujours aimable ni bienveillant de ce fait, malgré ses frasques, ses mots et ses foucades! 
Il en est qui désespèrent et qui qui le quittent, avec un Livre incendiaire, en grand fracas.Ça ne sert plus à rien car il est Le Président. Il ne sert à rien non plus de vouloir le comprendre ou de lui expliquer, il a ses préjugés et ses convictions. Il est sur ses gardes. Impossible de faire l’hypocrite et de le tromper,il connait ça ! Car Il sait voir derrière les masques et il a une avance sur vous ! Il sait, de ce fait il n’est pas toujours aimable ni bienveillant. C’est un atout. Un Président n’est pas fait pour être doux ! Un ado plein d’ego, c’est pire encore, puisqu’il en est resté à ce stade-là, le gâteux bien gâté ! 
Il est grand et fort, vieux mais il croit, il sait, qu’il fut beau, la classe ! y a photos ! Quand il vous salue, sa poigne vous secoue et vous écrase, pour vous montrer que sa force persiste et que le mec est encore puissant. Il vit dans un monde, létal, morbide et éphémère, quasi virtuel, mais un monde plus beau et plus vrai que les paradis mythiques des sémites qui le commandent ! Les apparences qu’il leur offre, sont un plus, un must en cadeau ! Le reste est pour la frime et la rare vertu. La galerie, l’Occident, la Russie. Jusqu’à présent, il sait se déployer 
Envie et liberté de vos sujets. Le magnat devenu esclave, croit envier sa nudiste dulcinée. Se trompe-t-il au point de se croire encore virile sur ce sujet ? Ses adeptes ignares ont rempli leur office, alors que l’esclave blanche lui donne le bras et le ventre. Une horreur, un monstre, Satan, le Diable, le Démon l’habite ! C’est le Méchant  qui l’a élu et sorti de sa boîte magique et que ses adeptes ignares, ont rempli les jours de vote, en faveur de l’Elu.
Ignare belliqueux, monstres pervers et martyrs aussi. Celuide la fausse démocratie, ordonnée sur bulletin pour chaque américain dans l’urne, le jour des Grands électeurs de son pays admiré et honni. A bas les limaces,à bas les masques ignares ! C’est son père, le malin Lucifer, qui a fait le despote. C’est lui qui lui a permis de remporter le poste de président.


PAUVRE DE NOUS, LES SHITHOOLE COUNTRIES 
Les pays de merde, la sentence est ignoble. Pire elle vient d’en haut et sur nos oreilles, comme une gifle, elle a claqué ! Abjecte ! Et qu’en pensele beau et grand blond de belliqueux visage pale ! Qui sont ces individus et ces arrière-petits-fils d’esclaves qui auraient aimé que tu les diriges ? Ils sont là chez eux, ou souvent assimilés, contre gréet par la force, ne pouvant retourner ni dans leur berceau africain, ni sur leur espace de liberté. Espace de dignité, de respect de soi,et de leur nid d’Afrique, d’Hawaï et d’Haïti. Ces merdiers de ‘’shithoole countries’’! 










L’AFRIQUE RUMINE EN CHŒUR 
Dusses-tu Crésus, maître des divins stercors, sortir des cuisses olympiques ou du cul de Jupiter ! Tu sais que ton heureux père des dieux, Zeus, n’est qu’une invention plaisante des antiques Grecs ! Et voilà que tu falsifie et que tu vends,-Hélion, Ursamlam, la ville éternelle volée part le vieux Sion, au Nathan !
Abject étranger, tueur du reste des indiens, amour malheureux d’un fils de vikings avec une mère et non une vulgaires pute ! Abjecte extravagance, chalenge d’être dieu et de traiter ses adorateurs de merde ou de pays de merde ! Tu n’es comptable de rien, tu pars sans payer, pour tes maux et tes mots. 
Alors que les muezzins appellent à l’unisson pour la prière et à l’union avec Dieu, à la prière après la propreté, aux ablutions après les actes d’amour…Alors que ceux qui se lèvent tôt, à la fin de la nuit, dans cette humilité active prient le Seigneur, toi Crésus, tu restes objet de lucre, de stupre ! Mais, ô honte tu exultes et tu t’exécutes, en subalterne avec les richissimes adeptes de Sion. L’illustre lobby qui façonne les présidents a gagné !
Tes esclaves, les blondes que tu chasses et pourchasses, ces captives que tu caches, sache qu’elles obtempèrent dans la peur, quand tu leur fais tes horribles grimaces quand tu ‘en approches ! Jamais ces divas, top models et actrices, n’oseraient avancer qu’elles font l’amour pour de vrai, avec toi, pour le lucre ou sous la terreur ! Moqueur et cynique personnage ! Tu les domines, réunies sous la bannière de l’effroi, de ce fait, tu fais peur aux autres. Objets qu’elles sont, de stupre, de lucre et de criardes splendeurs !
Reste, apprenti démon, faux élu et vrai fils de Satan, l’impérialiste magnifique que tu es ! Et de la Terre, soies le plus grand saigneur ! Reste, pour mener la Terre vers son apocalypse et sa fin, sa mort de boule folle. Et morte la maboule, personne n’y bouge encore ou respire ! Acrimonieux bouffon et triste acteur ! Reste en toi-même dans tes miasmes et ta geôle ! Érection superbe d’un demi-dieu sur la plus grande des nations ! La honte de l’Amérique ! Dans ta métempsychose, et pour rester poli, étreins tes ricaines, Sorcier, jusqu’à ce que l’amour des tiens s’en suive ! Assassin des autres, tu deviens le héros planétaire, celui qui indirectement, tue, les jeunes manifestants palestiniens ! 
Mais où sont les libertés, quand ce que tu étreins (.), ceux que tu domines de partout, en ont marre, en ont peur, ou que humiliés et déçus de t’avoir élu, ils se révoltent ? Mais où es ta propre liberté, quand tu te détestes, dès que tu te réveilles ? Où est ta liberté, quand devant le Mur, calotte noire sur la tête…tu te laisses dicter tes conduites et que tu fasses semblant de t’adresser, en prières, à Dieu ! 
CRITIQUES INUTILES
Pour payer une dette électorale…Combien de milliards en fait ? Et que moralement, à genou, tu plies malgré ta taille et ces honneurs où te poussent tes Ricains ? Là, devant les ruines de ce reste du temple de Salomon, que détruisirent, dit-on, les Romains, à quoi penses-tu ? Le héros en prière, sadique et maso à la fois, me fait penser à la Guillotine et à Robespierre ! La corde donc, après le pouvoir, après le fouet des humiliations et le feu des canonnières ! Le sang et la terreur, la désolation et les carnages, découvrent l’ampleur de tes horreurs et celles des assassins, tes illustres prédécesseurs ! La ‘’merde’’, comme tu dis, après le sang et les terreurs. Ivresse des excrétas que tu sors de la bouche, et qui découvrent et dénoncent l’instigateur des actes assassins, le permissif gâteux, le fauteur des horreurs ! 
Que tu gouvernes, oui, mais tes gaffes, tes sorties ignares, infâmes et stupides, ne sont qu’apparences ! Ta stature de Démon apprivoisé, n’est pas si bête que cela apparaît à tes détracteurs, pour qu’on dise de toi, que tes actes ne sont que les effets de l’ignorance ou de l’inconscience. Les bons dieux sémites, qui t’ont adoubé chevalier de la calotte prophétique, te lâcheront un jour ! 
Je rage, ô anges de la mort, mais ce n’est pas de vous dont j’ai peur ! J’ai peur que les plus pervers de ce monde ne soient que de vulgaires apprentis sorciers, des acteurs des mercenaires, ou les fils de l’élu, Lucifer. Sortis du cul de Zeus, pour châtier les humains sur terre et les hâter vers l’enfer. 
Allez ! Apprenez votre thérapeutique des conflits, révisez vos théories et votre sémantique, mais sachez que ‘’la merde’’ se ravale un jour ! Hypocrite fils du Démon, loin d’être cupide, stupide ou con, Hippocrate un jour, tu as sorti Alexandre de sa Grèce, Esculape de son sommeil, Cicéron et César de leurs tombes méconnues, Diogène le Cynique de son tonneau. Tous seront témoins des bavures de l’esclave de Sion, qui habite la Maison Blanche, surfe sur le Capitole, s’appuie sur le Pentagone et chie sur l’Afrique ! 
‘’ Ote ton cul de mon nez’’ ! Comme te dirait Diogène, si tu étais bien vivant ou si tu vivais à son époque ! Je vois ta tête, enfouie dans un sac de honte, avant qu’elle ne tombe dans le linceul. Car la terre entière et ses ‘’états de merde’’ reconnaissent ta stupidité et ta grande gueule, devenues légendaires. Mais, si tu es là, c’est le fait du destin ou par erreur ! Cette Terre te voue ces richesses et ces forces, ces avancées et ces puissants électeurs, des voleurs de terres et de faux zélateurs !
Terre d’argiles, de noirs et de merdes, c’est pour toi, kif-kif et synonyme. La terre des pères et des ancêtres, des océans, (du pétrole, que tu aimes), du fer (et du ciment que tu adores..), la terre des mères, (tu les rends orphelines, veuves et stériles et veules dans la peur), la terre, l’africaine refuse que tu la mortifies et que l’injuries encore. Du haut de ta puissance, retourne à ton Seigneur ! Si tu obtempères, que ton Seigneur te pardonne ! Que les malédictions, que tous profèrent, ne soient plus que des conseils pour toi et pas des injures ! 


TERRES DES NOIRS
Ils viennent de cette Afrique, de ces pays de merde. Et de ces putains de races aussi, en continuant sur le ton de ton sordide raisonnement. Ils viennent de ces contrées originelles, de ces des espèces de primates, des animaux ou des bien moins que ça ! De ces races originelles, dont les hommes de l’Atlas et d’Irhoud. Bien plus vieux que ceux d’Europe et de tes origines ! Ils viennent de l’homo sapiens, de l’homo erectus ! Ils viennent de Dieu, si tu peux faire mine d’y croire. Ils viennent de la vie, du cycle de la vie, de cette terre qui t’honore et que tu vomis, alors qu’avec tes zélotes du Lobby, tu t’exécutes et c’est là, que tu excelles !
Et un conseil, gratuit, pour faire cesser les vitupérations, afin que tu rejoignes ton vrai géniteur et père ! Mais, d’où vient-il en fait ton étranger de père ? De quels patelins de merdes et quelles origines connasses sont les tiens d’envahisseurs blancs ? Les blondins, qui dominent les States et les nouvelles terres, menaçant la paix de toutes parts, vendant les armes, causant partout des guerres pour dominer le monde, le vider de ses substances, de ses biens, en trafiquant et en détruisant les équilibres naturels, les plus anciens, en multipliant les haines, entre toutes le bêtes de l’univers. Qui te ressemblent ! 
SYNDROME DE STOCKHOLM
À moins qu’en superbe subalterne, tu continues toi aussi dans ta cellule aux fenêtres closes. Ton Amérique, où tu continues de subir et d’aimer subir les harcèlements et les agréments sexuels, contre-gré, de tes zélotes ! Tes mâtons qui t’élisent, te dirigent et qui te gouvernent ! Tu es leur prisonnier, sans murs autour de toi, pour te laisser crâner à l’aise ! Toi qui as baisé le mur sain du temple de Salomon ! Merci à Israël de te prendre par la main, afin de te guider vers son seul bien ! Toi qui veux faire le malin, en injuriant les pauvres et les gens biens ! 
Stockholm, c’est un peu en Europe, là près de tes amis et soutiens russes. Merci à ta blonde et douce chérie ! Mind, tu pourrais te faire des ennemis, malgré tout, si tu continues à chercher des poux sur la tête chauve du Sieur Poutine ! Ils ne te rateront pas… Car ce serait aussi, des êroubis pour toi, des ‘’paysans de merde’’ ! Dis leur en face qu’ils sont de la ‘’merde’’ et tu verras ce qui adviendra de ton arrogante Amérique ! Et ce ne sont pas les nations d’Asie ou d’Afrique que tu peux encore traiter de merde !  
TU VIENS DE PONDRE
Cette lettre, M. le Président. «Jérusalem est, et doit, demeurer, un lieu où les Juifs prient au Mur Occidental, où les Chrétiens marchent sur les Stations du chemin de la Croix, et où les Musulmans prient à la Mosquée Al Aqsa.», 
La moitié de ceux qui ont fait l’Amérique ou contribué à faire surtout les States, monsieur Trump, viennent de ce continent en burn-out de ses anciens maîtres-colons. Des criminels et des racistes. Ne faites pas pire, en les traitant de ‘’shitty country’’ de pays de merde ! Du haut du Capitole ou de la Maison blanche, qui hier encore étaient occupés par un beau brun. 
Et puis quoi encore ? Quand la moitié de nos sentiments et des mots en réponse sur le web, ne suffisent pas pour améliorer la diplomatie et apaiser les humeurs de ceux qui ont été blessés, outre mesure. Brimés, dans le combat pour la liberté et pour le respect par les envahisseurs sur leurs propres terres, les voilà outrés par tes actes et tes mots. Je parle de la Palestine et d’Al-Qods encore. Mon sang, mon credo, comme diraient 2 milliards d’âmes ! Au lieu d’user de vos potentiels, de votre position éclairée, de votre influence, de votre entrisme avec les uns et les autres, pour faire la paix entre-eux, vous, tu ravages tous les espoirs de paix. Et tu mènes l’humanité à la troisième guerre mondiale, en semant la terreur, la haine et le racisme rétrograde. Quiconque, à commencer par les Juifs et les Evangélistes, y perçoit l’Apocalypse et la ruine de la terre ou tes mots et tes actes mènent.
  
Notre milieu; nos langues, plus que nos familles et nos maîtres, nos rues et nos relations, nos peurs, nos expériences, nos colons eux-mêmes et nos programmes, nos langues et nos morales, nos religions, s’activent tous avec leurs antinomiques paradoxes à fabriquer nos caractères et nos âmes ! Nos personnalités, malmenées, nos profils de citoyens dénigrés,  ou celles de gens vivant en harmonie et en convenance, dans des pays, des tribus ou des clans. Peu d’entre nous tous, sur terre, y compris vous, Donald, évoluent convenablement dans l’éthique idoine. Ingrats, cupides et hypocrites, paresseux, frustrés, inhibés, peureux et lâches, sont courageux, altruistes, juste et bons parfois ! Tentez le change, et l’on vous apprivoisera ! 
Comment avec ça, un américain, un juif, un noir ou un quidam d’origine occidentale, pourrait-il être en harmonie avec les concepts des blancs locaux, des berbères, des noirs, des musulmans ou des arabes ? Melting pot et mulâtres de toutes sortes, mélanges des esprits et des espoirs, des religions et des relations, des caractères, des ambitions et des incompréhensions, des susceptibilités et des races. C’est ici la Terre, non ? 





DR IDRISSI MY AHMED, KENITRA, LE 22 JANVIER 2018